Facebook va lancer Facebook Collections

Facebook travaille actuellement sur une nouvelle fonctionnalité qui mettra en vedette des listes de contenu « curated » des éditeurs directement dans le flux de nouvelles, d’après deux personnes familières avec le projet et la documentation interne aperçue par le site Business Insider. Pour rappel, cette qualification met en exergue la manière de collecter, organiser et mettre en valeur des contenus autour de thématiques organisées. Cette toute nouvelle fonctionnalité aura donc pour nom Collections et fonctionnera de la même manière que la section Discover de Snapchat, qui présente actuellement des articles, des vidéos et d’autres contenus soumis par des partenaires média sélectionnés manuellement.

Facebook s’est ainsi mis à aborder les médias et les sociétés de divertissement pendant ces dernières semaines pour créer du contenu pour les collections, mais n’a pas encore donné de délai pour la disponibilité de la fonctionnalité. Un porte-parole de Facebook a même refusé de commenter cette histoire, preuve que Facebook tiens à garder un certain secret relatif autour de son projet. L’effort de Facebook pour créer des collections qualitatives semblerait donc tourné autour d’un certain examen dans le but de distinguer les contenus de haute qualité des médias établis et la surabondance de mauvaise qualité, bien trop présente dans les médias et ce quel que soit le thème. Le réseau se doit également de songer à écarter les fausses nouvelles qui sont virales à travers le réseau social.

La société a ainsi fait face à de vives critiques pour son rôle majeur dans la diffusion de fausses nouvelles lors de l’élection présidentielle américaine, ce qui aurait pu impacter l’équilibre des forces et donc, favoriser l’élection de Donald Trump à la présidence américaine. La migration pourrait également aider Facebook à forger des liens plus forts avec les éditeurs ce qui pourrait être une force dans sa concurrence avec la croissance rapide de Snapchat. La section « Découvrir » de l’application, qui regroupe des histoires d’actualité jeune et tabloïd, est vue tous les jours par ses plus de 150 millions d’utilisateurs.

Développer de nouveaux liens : un enjeu majeur

Les nouveaux partenaires de Early Collections ont ainsi été informés que le contenu qu’ils créent sera inséré dans le flux de nouvelles par Facebook, leur donnant ainsi un accès direct, et donc potentiellement beaucoup plus large aux ressources du réseau social de 1,8 milliard d’utilisateurs. Actuellement, les éditeurs se doivent de recueillir les goûts des utilisateurs pour favoriser la pertinence de leur contenu visible dans le flux de nouvelles ou bien de payer pour stimuler leur exposition par le biais du programme de parrainage de Facebook. Il est ardu pour le moment de savoir si les collections présenteront de la publicité et, si c’est le cas, si Facebook partagera les revenus publicitaires avec les éditeurs ou proposera aux éditeurs une option de monétisation de leur contenu pour leur bénéfice propre, comme c’est le cas actuellement avec son service Articles instantanés. Un autre point de blocage difficile à aborder pourrait être la mesure dans laquelle Facebook pourra partager des données sur les lecteurs avec les éditeurs, et comment il sera facile pour les éditeurs d’amener les lecteurs à leurs sites Web.

Facebook doit ainsi faire face à certaines difficultés dans l’historique du réseau social et de ses fonctionnalités. On se rappelle ainsi de la dernière expérience de la compagnie avec le contenu curated des éditeurs, une application de nouvelles de rupture appelée Notify que la compagnie a fermé plus tôt cette année après seulement sept mois d’activité, ce qui en dis long. La section des tendances du réseau social a été mise à jour plus tôt cette année, après que l’on ai rapporté que les rédacteurs de Facebook avaient délibérément supprimé des articles d’actualité conservateurs ne figurant pas sur la liste, ce qui a engendré un scandale d’opinion dur à digérer pour les utilisateurs. Il s’agit maintenant donc pour Facebook de développer sa fonctionnalité de manière efficace, en apprenant des erreurs du passé et surtout en apprenant à anticiper, ce qui n’est pas connu pour être une force constante de Facebook, la compagnie développant de manière tentaculaire ses fonctionnalités avant de se rendre compte qu’elles n’étaient pas pertinentes.

Espérons ainsi que Facebook a su apprendre de ses erreurs et que le réseau social saura proposer du nouveau contenu qui mettra sa concurrence directe dans une position délicate.

2018-12-07T10:22:23+00:00